•  

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Lire la suite...


    votre commentaire
  • Lire la suite...


    votre commentaire
  • Par Dominqiue Meda
    http://aezen.files.wordpress.com/2011/11/couv-postone.jpg


    Voici un ouvrage extrêmement important, traduit en français seize ans après sa publication aux Cambrigde University Press sous le titre Time, Labor and Social Domination avec et un sous-titre, non repris dans l’édition française : A reinterpretation of Marx’s Critical Theory. Il est important au moins pour trois raisons. D’abord, il constitue une interprétation – une ré-interprétation souligne précisément le sous-titre de l’édition américaine, insistant ainsi sur la nouveauté de celle-ci – de l’oeuvre de Marx. Pourquoi une ré-interprétation : parce que l’ouvrage tout entier propose une lecture de l’œuvre de Marx radicalement opposée à celle que Postone attribue au « marxisme traditionnel ». L’ensemble de l’ouvrage constitue en effet un démontage en règle de l’interprétation classique, voire officielle, de la pensée marxiste, qui nous fait découvrir un Marx radicalement nouveau, un Marx profondément actuel. C’est le second atout de cet ouvrage : le Marx ici présenté est débarrassé de ce qui gênait beaucoup d’entre nous : le productivisme dont il semblait faire montre dans beaucoup de ses écrits – appelant au développement sans frein des forces productives et semblant n’accorder qu’un intérêt extrêmement réduit à la question de la finitude des ressources naturelles -, la dimension souvent prométhéenne de sa conception de l’histoire, tous ces éléments qui semblaient peu appropriés aux questions auxquelles nous sommes aujourd’hui pleinement confrontés, sont réintégrés dans une explication qui révèle un Marx non productiviste. « A cet égard, confirme Postone, la reconstruction de la théorie critique du Marx de la maturité entreprise ici ouvre la voie à une critique du paradigme productiviste dans la tradition marxiste » (p. 35). Enfin, et ce n’est pas le moindre mérite de l’ouvrage, Postone ne perd jamais une occasion de rappeler que la démonstration à laquelle il s’attelle ne relève pas de la pure érudition mais est au contraire mise au service de l’élaboration d’une théorie critique de la société convaincante, nous permettant de comprendre l’essence du capitalisme et, partant, les moyens d’échapper à l’emprise de celui-ci : « j’espère contribuer ici, écrit Postone, à la reconstitution d’une théorie sociale critique systématique du capitalisme » (p. 38). Au centre de la démonstration, et constituant le cœur de celle-ci, le problème de la nature du travail traverse tout l’ouvrage. C’est donc principalement de lui qu’il sera question ici.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Les ouvrages d’Hannah Arendt ont connu en France une certaine difficulté dans leur perception, et ceci est en partie dû au fait qu’ils ont dans l’ensemble été traduits et publiés tardivement. Et ceci malgré le soutien de certains intellectuels comme Albert Camus ou bien encore de Raymond Aron qui préfaça l’édition française de La Condition de l’Homme moderne, publié en 1961 dans l’édition qu’il dirige, trois ans après sa sortie aux Etats-Unis.

     

    L’ouvrage La Nature du totalitarisme regroupe une série de conférences prononcées par l’auteur à la New School of Research en 1954 et présentent l’état de la réflexion d’Hannah Arendt juste après la parution des trois tomes de The Origins of Totalitarism.

     

    Voici donc les trois tomes de l’ouvrage majeur d’Hannah Arendt:

     



    Editions du Seuil, 2005, Collection "Point Essai"


    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique